Le calcul des heures supplémentaires

En travaillant, il est parfaitement possible que votre employeur vous demande d’effectuer des heures supplémentaires. Sauf en cas d’abus de sa part, vous êtes dans l’obligation d’accéder à sa requête. Il est important de souligner que tout travail réalisé au-delà de la durée légale fixée est considéré comme heure supplémentaire. Découvrez comment vous pouvez calculer vos heures supplémentaires et quelles sont ses limites.

Le taux mis en place pour les heures supplémentaires

Pour les heures supplémentaires, les entreprises doivent payer une majoration. Les dirigeants doivent d’ailleurs respecter un taux de majoration appliqué par la loi. De ce fait, selon la loi, pour des heures de travail supplémentaires :

  • De la 36e à la 43e heure, une majoration de 25 % est appliquée.
  • À partir de la 44e heure, une majoration de 50 % est en vigueur.
  • De nuit. C’est-à-dire de 20 h à 6 h du matin, la majoration fixée est de 75 %. Cependant, dans certains secteurs, comme celui de la restauration et de l’hôtellerie, ce taux est inférieur.

Il est toutefois important de souligner qu’il est possible que cette majoration soit différente pour chaque entité. Cela en fonction des termes fixés par un accord collectif ou un accord de branche. Dans tous les cas, le taux minimum autorisé par la loi est de 10 %. Il est aussi essentiel de savoir que selon la loi sur les salaires et revenus assimilés, la rémunération perçue pour les heures supplémentaires est exonérée de taxe dans une limite de 5000 € par année. Au-delà de cette limite, l’impôt est obligatoire.

Le calcul des heures supplémentaires

Pour calculer vos nombres de travaux en heures supplémentaires, vous allez prendre le nombre d’heures normal que vous devez faire par semaine. Ainsi que le surplus que vous avez réalisé. Ensuite, vous allez prendre le taux appliqué par votre entreprise pour cette majoration. Pour illustrer le calcul, voici un petit exemple. Imaginez que vous travaillez 44 h par semaine et aucun contrat n’encadre vos heures supplémentaires. Votre taux horaire de travail est de 10 € bruts. Dans cette situation, vous allez donc multiplier 10 par 35 h. Ce qui fait un total de 350 €. Ensuite, vous allez multiplier encore une fois le 10 € avec 1,25 avant de multiplier le résultat avec 8 qui est le nombre de vos heures supplémentaires. Ce qui au final donne 100 €. Puis multipliez 10 par 1,50 puis par 1, car c’est une heure de travail supplémentaire au-delà de 43 h. Ce qui fait 15 €. Vous additionnez le tout et obtenez un total de 1860 € bruts par mois. Pour faciliter le travail des RH, les entreprises peuvent opter pour un logiciel de paie en ligne. Ce qui permet d’automatiser le calcul sans faire d’erreur.

A lire aussi  L’intérim : une montée en croissance des contrats précaires

Les contreparties des heures supplémentaires

Outre la rémunération, il est également possible pour les salariés d’obtenir du repos en contrepartie de leurs heures supplémentaires. Cela si une convention ou un accord collectif le stipule. La durée du repos qui sera accordé est donc l’équivalent de la rémunération que le salarié aurait touchée pour ces surplus. Ce qui fait qu’une heure supplémentaire qui est majorée à 25 % est l’équivalent de 1 h 15 min en repos compensateur.