Formation VGP : comment cela se passe ?

Faisant partie des nombreuses formations pouvant être offertes dans une entreprise. Les VGP peuvent s’avérer incontournables pour assurer le bon déroulement des activités à l’avenir. Ce genre de formation concerne principalement certains métiers considérés comme étant à risques. Cela peut être le cas pour l’utilisation des appareils et des accessoires de levage.

La formation VGP en général

Le VGP (vérifications générales périodiques) est généralement défini par le Code du Travail. Ce type de contrôle est indispensable en cas de détérioration de certains engins pouvant entraîner des dangers. La formation permet alors à chaque dirigeant d’entreprise d’assurer la santé et la sécurité du personnel.

Le principe du VGP est de contrôler de manière périodique l’état de conservation des équipements et des outils de travail. Le contenu de la formation est normalement défini par le ministère du Travail ou de l’Agriculture. Cela est aussi valable pour les modalités à respecter ainsi que les périodicités.

En tout cas, ce type de formation concerne les chefs d’entreprise ainsi que les travailleurs indépendants. Ces derniers peuvent intervenir dans le domaine de la manutention ou du BTP. La réalisation du VGP est imposée par la loi au cas où vous l’oublierez.

Le déroulement d’une formation VGP

Une formation VGP est en principe cadrée par l’arrêté du 1er mars 2004 dans son article 23. Il faut de ce fait prendre en compte les deux étapes suivantes :

  • Des examens visuels réalisés par un contrôleur qualifié pour vérifier l’état de conservation de vos équipements. Cela concerne principalement l’appareil de levage ainsi que les supports qui peuvent l’accompagner. Il ne faut pas non plus négliger les équipements interchangeables. L’objectif de ces examens est de vérifier les possibles détériorations ou défaillances pour ne citer que les usures.
  • Viennent ensuite les essais de fonctionnement des équipements. Cela permet de vérifier le bon fonctionnement de ces derniers. Il faut alors prendre en compte l’efficacité de chaque dispositif comme le système de freinage. Il y a aussi d’autres éléments à prendre en compte pour ne citer que les limiteurs de charge.
A lire aussi  Comment trouver un bon centre de formation professionnelle ?

La périodicité de la formation VGP

Il faut prendre note de la périodicité des VGP qui est établie par des arrêtés ministériels. Vous devrez être prêt à tout moment, car le contrôle ne dépendra pas de votre volonté, mais bien du ministère. Ce dernier se basera en outre sur le Code du Travail avant de prendre une décision. À noter que la périodicité débute à la date de mise en service de chaque appareil neuf.

Concernant les appareils de levage en question, le contrôle doit se faire tous les ans. En effet, vous devez vous préparer à cela tous les 12 mois. Cette période peut être réduite à 6 mois pour les élévateurs de personne motorisés. Cela est aussi valable pour les appareils de levage mus par la force humaine. La périodicité peut aller jusqu’à 3 mois pour certains élévateurs de personne. Le nom respect du VGP peut entraîner une amende de plus de 3 500 €.

Qui peut réaliser une formation VGP ?

Ce type de vérification est normalement réalisé par des spécialistes qualifiés. La liste des personnes autorisées à le faire est tenue à la disposition de l’inspection du travail. Le contrôleur peut parfaitement faire partie de votre entreprise ou pas. Il doit avoir les compétences en prévention des risques sur les équipements de travail. Cela concerne principalement les équipements que vous utiliserez au sein de votre entreprise.

Vous pouvez aussi vous baser sur l’ED 6339 de l’INRS si vous voulez choisir votre propre contrôleur. Il faut alors engager un professionnel qualifié, mais aussi compétent dans son domaine de travail. Cela peut avoir un impact sur la véracité des résultats du contrôle qui sera effectué sur vos engins.