Travail sur les toits : quels systèmes de sécurité pour les travailleurs ?

Dans le cadre de leurs activités, certains travailleurs sont obligés de se hisser sur les toits des bâtiments. Se tenir en hauteur est incontestablement un risque qu’ils prennent. Il est donc important qu’ils soient reliés à un système de sécurité pour parer à tout risque de chute.

Des systèmes de support et d’ancrage pour la protection individuelle

En cas de travail en hauteur, que cela soit sur toiture en pente ou plate, il existe des précautions réglementaires de sécurité. Lesdites précautions impliquent l’utilisation d’Équipements de Protection Individuelle (EPI).

Les points d’ancrage

Ils sont obligatoires sur les toitures en pente de bâtiments de plus d’un étage. Ce sont des systèmes fixes de protection contre les risques de chutes. Ils sont constitués d’un trou qui permet aux opérateurs de connecter un crochet ou un mousqueton pour garantir leur sécurité. Lors d’une intervention avec risque de chute, le point d’ancrage pour se fixer sur une toiture doit être positionné de manière à constituer un frein au déplacement sur une certaine distance. Il doit également être calibré de manière à avoir une forte résistance à la rupture.

Le harnais

Il fait partie du système d’ancrage et est obligatoire pour tous les opérateurs. Il doit être confortable et conforme à la norme NF EN 361. Le harnais favorise le maintien dans la position verticale de l’opérateur. En tant qu’EPI, il doit être fixé au système qui empêche la chute et donc relié au point d’ancrage.

Les Équipements de Protection Collective (EPC) pour la prévention des chutes

Ce sont des infrastructures installées sur les toits ou les bâtiments pour assurer la protection des travailleurs.

Les gardes corps

Ils constituent l’option sécuritaire la plus sûre pour des travaux sur toit plat et obéissent à des normes. Encore appelés rails de sécurité, ils servent de barrière de protection aussi bien pour les hommes que pour les matériels et machines de travail. Les gardes corps peuvent être commandés sur mesure ou en mesure standard.

De ce fait, ils sont adaptés à tout type de bâtiment. Ils résistent bien aux intempéries et sont autoportants, ce qui signifie qu’ils peuvent être retirés sans abîmer la structure des toits. On distingue deux types de garde-corps :

  • Les garde-corps autoportants permanents qui sont recommandés en cas de prévision de multiples opérations sur toiture à long terme ;
  • Les garde-corps autoportants temporaires qui sont utilisés pour sécuriser les chantiers et tout site de travail de courte durée.

La ligne de sécurité

Il s’agit d’une ligne permanente qui sert d’avertissement pour toute personne qui se trouve sur une toiture. Elle délimite en effet un périmètre de protection situé au moins à 2 m des zones où le risque de chute est élevé. Elle est en chaîne ou en bande rigide bien visible et doit entourer tous les côtés de la surface de travail qu’elle sert à délimiter.

Pour finir, le travail sur toit est fortement réglementé à cause des multiples risques qu’il implique, notamment ceux de chutes. Ces dernières peuvent en effet causer de graves traumatismes et des pertes en vies humaines. L’utilisation des équipements de protection collective et individuelle tels que les points d’ancrage et les harnais permet de sécuriser au mieux les travailleurs.