Comment se sortir d’un burn-out ?

La condition d’épuisement mental au travail, connue sous le nom de burn-out, touche de plus en plus de personnes. Cependant, de nombreux individus ne savent pas comment éviter cette maladie ou même la détecter. Alors, comment reconnaître que l’on souffre de burn-out ? Et une fois la maladie identifiée, comment s’en sortir ?

Qui est à risque d’épuisement professionnel ?

De nombreux employés se croient à l’abri de l’épuisement professionnel. Bien qu’il puisse toucher n’importe qui, en particulier les personnes les plus dévouées, engagées et perfectionnistes, il n’est pas rare. Les personnes touchées surestiment souvent leurs propres capacités, dépassent leurs limites au travail, ne comptabilisent pas les heures passées à travailler et épuisent ainsi leurs ressources. Pour les personnes qui sont fréquemment stressées au travail, l’épuisement mental arrive rapidement. Il n’est pas simple de reconnaître que l’on est touché par l’épuisement professionnel. Les conséquences peuvent être catastrophiques pour la santé jusqu’à ce que la capacité du corps à y résister soit épuisée.

Quels sont les symptômes du burn-out ?

L’épuisement professionnel est un sentiment d’épuisement grave qui résulte d’une surcharge de travail. On perd le contrôle et on ne peut plus terminer le travail une fois atteint. Après un stress chronique, le corps s’épuise et atteint son point de rupture. Il peut également se traduire par une perte d’estime de soi dans des situations extrêmes où le corps n’est même plus capable de bouger pour accomplir les tâches qui lui incombent.

Les symptômes les plus fréquents sont les suivants : L’irritabilité, la tristesse et l’échec sont tous typiques. La fatigue est un autre problème courant. Les troubles du sommeil, les problèmes digestifs, les maux de tête, les difficultés de vision, la perte d’estime de soi, les problèmes d’attention, la tension accrue et les douleurs dans de nombreuses parties du corps font partie des autres symptômes possibles. Des étourdissements et des nausées sont également possibles.

A lire aussi  Électricité : êtes-vous concerné par la fin des TRV ?

Comment guérir du burn-out ?

Heureusement, cette lassitude mentale est curable. Il faut d’abord assumer et ne pas se sentir coupable face à une catastrophe. Votre corps est fatigué, écoutez-le. Pour expliquer la situation, je vous recommande de vous adresser à votre hiérarchie, par exemple à un responsable RH. Vous devez expliquer pourquoi vous êtes épuisé ; soulignez que vous avez déjà consulté un médecin qui s’inquiète d’un épuisement total. Si vous ne trouvez pas d’aide dans votre entourage, vous pouvez demander l’aide du service de santé au travail et de l’inspection du travail. Ils peuvent vous aider à obtenir que l’employeur remplisse ses obligations en matière de santé mentale au travail. Ensuite, vous devrez prendre un congé de maladie, selon la prescription du médecin du travail ou du médecin traitant. Un repos peut être nécessaire pendant deux à trois mois, selon la gravité des symptômes. Cela vous permettra de récupérer, de reprendre des forces et de recommencer à profiter de la vie progressivement. Vous pouvez reprendre lentement une activité que vous aimez pendant cette période, qu’il s’agisse d’un sport ou d’autre chose.

Les solutions pour sortir du burn-out ?

Une fois que vous êtes sorti de la crise, vous devez être en mesure d’éviter le burnout à l’avenir. Pour ce faire, il est important de se méfier de certaines situations qui peuvent conduire à l’épuisement mental. La première solution est de prendre du temps pour soi au quotidien. Vous devez prendre soin de vous physiquement et mentalement. Ces petites pauses vous permettent de recharger vos batteries chaque jour. Cette étape sera bénéfique à la fois pour votre santé physique et pour votre qualité de travail, pour tous les employés touchés par le stress au travail ou les problèmes de fatigue chronique. Pour maintenir ou améliorer les performances au travail, il est important de trouver un équilibre entre les activités de loisirs et la vie professionnelle.

A lire aussi  Les règles d'or en matière d'archivage

Il est également utile de ne pas vivre seul avec l’idée qu’il faut tout faire sans aucun soutien de la part des autres, car faire les choses par soi-même améliore la situation. Vous devez sortir de la maison de temps en temps pour prendre l’air, car vous vous sentirez mieux. Vous devez éviter l’alcool et les drogues, car ils aggravent encore plus le burn-out.

Il est également nécessaire de s’entraîner régulièrement afin de pouvoir faire des sports que vous aimez, ce qui vous remontera le moral. Une astuce intéressante est de trouver des activités qui peuvent vous aider à vous « évader » du quotidien pendant au moins une heure chaque jour, comme la musique ou l’art. Il est important de ne pas négliger les techniques de relaxation lorsque les choses recommencent à s’agiter, afin de réduire les risques de passer plus de temps au lit que d’habitude.

Méditation

La méditation contribue à réduire le niveau de stress en permettant au corps et à l’esprit de se détendre plus facilement après une journée de travail.

Vous devez donc essayer d’éviter si possible les éléments suivants : la surcharge de travail, le stress émotionnel ou les émotions négatives fortes, qui peuvent conduire à l’épuisement professionnel.

Si vous êtes en congé de maladie, n’oubliez pas que votre employeur est tenu par la loi de maintenir votre poste de travail pendant trois ans après votre congé de maladie. Après trois mois de congé de maladie, vous accumulez six mois supplémentaires d’emploi. Cela signifie qu’après neuf mois de congé de maladie (trois fois trois), vous serez autorisé par la loi à retrouver votre emploi initial, même s’il n’est plus disponible. Le nouvel emploi sera rentabilisé plus tard, mais dans tous les cas, c’est mieux que de ne pas avoir de salaire du tout !

Reprise du travail après une phase d’épuisement

Lorsque vous êtes épuisé, il est difficile de retourner au travail. Vous avez peur d’être jugé par vos collègues et de ne pas être à la hauteur de vos anciennes normes. C’est également à ce moment-là qu’il est essentiel de parler de la situation avec vos supérieurs. C’est une chose que votre équipe professionnelle doit comprendre afin de vous aider. Vous devrez également vous soumettre à un bref examen physique lors de votre retour au travail. Enfin, vous devez prêter attention à votre mode de vie extra-professionnel afin de créer un environnement de vie sain et mentalement équilibré.

A lire aussi  Accessibilité PMR : la signalétique obligatoire

Comment éviter une rechute ?

Prenez le temps de vous ressourcer en dehors du cadre professionnel si vous voulez vous remettre complètement d’un burn-out et éviter les rechutes. Il est essentiel de se découvrir, de s’occuper de soi, de faire le point, de découvrir ce qui vous plaît, mais aussi d’apprendre à mieux gérer le stress qui nuit à votre santé. Une alimentation saine est également essentielle ; la flore intestinale est étroitement liée au système nerveux. De plus, l’exercice physique vous aidera. C’est un antidépresseur naturel qui permet d’évacuer le stress et de se défouler, à condition de ne pas en faire trop.

Je vous recommande également d’entrer en contact avec votre côté naturel en vous promenant dans les bois ou à cheval. Une bonne nuit de sommeil est également importante. En bref, vous aurez besoin de vous détendre, de passer du temps avec les personnes qui vous sont chères et, pourquoi pas, de vous offrir des massages ou des séances de méditation. Toutes ces choses vous aideront à atteindre la sérénité. Travailler sur votre respiration peut également vous aider à gérer vos émotions et vos tensions. http://www.passeportsante.net/ est une bonne ressource pour la phase de prévention, car elle vous guide dans l’adoption d’habitudes plus saines.