Portage salarial ou auto-entrepreneur : quelles différences ?

Vous êtes un consultant indépendant et souhaite créer une nouvelle entreprise, mais vous n’avez pas encore décidé entre statuts d’auto entrepreneur ou de salarié porté ? L’auto entreprise est un moyen simple pour créer une entreprise ou pour démarrer une activité en freelance. Toutefois, le portage salarial vous permet de devenir consultant indépendant sans subir les difficultés sur le plan administratif ou financier. Quelle différence entre ces deux statuts ?

Détermination du portage salarial et d’auto entrepreneur

Avec le portage salarial, vous avez l’opportunité de proposer une prestation en toute autonomie. Vous bénéficiez des divers avantages du statut de salarié, avec des formalités administratives simplifiées.

  • Une société de portage prend en charge toute la partie administrative. Vous signez un contrat de travail.
  • Cette société devient votre employeur et paiera votre salaire mensuel. Votre rémunération et votre commission seront calculées en fonction du chiffre d’affaires engendré par vos missions. Le portage salarial est une nouvelle forme d’emploi avec de nombreux avantages.

En auto-entrepreneur, vous créez votre entreprise en indépendant. Il offre de nombreux avantages, car il vous épargne des formalités administratives et des procédures fiscales. L’auto entreprise regroupe trois catégories d’activités, comme le commerce, l’artisanat et la profession libérale.

Les avantages de chaque statut

En portage salarial, vous n’êtes plus obligé de créer une auto-entreprise. Avec tous les profils liés à ce statut, vous êtes salarié. L’inscription au registre du commerce est non plus obligatoire. Vous êtes le seul responsable de votre emploi du temps et de votre clientèle. En d’autres termes, vous êtes chargé des négociations des contrats et de la recherche de nouveaux clients. Votre mission est de déterminer les conditions et les modalités du contrat. Les frais liés à votre activité sont inclus dans votre salaire, comme le téléphone, les frais de prospection, les diverses fournitures ou la connexion internet.

A lire aussi  Caviste

Contrairement au portage salarial, l’auto entreprise n’est pas soumise à la TVA jusqu’à ce que le plafonnement du chiffre d’affaires soit atteint. Les impôts et les cotisations sociales sont calculés en fonction de votre chiffre d’affaires. Si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires, vous ne paierez aucune charge. Vous bénéficierez aussi d’une exonération partielle de cotisations sociales. Vous percevrez en plus des allocations chômage, car le régime de l’auto entreprise est cumulable avec l’ACRE.

Les inconvénients de chaque statut

Si vous êtes un salarié porté, vous toucherez un salaire net équivaut à 50 % de la facture donnée au client. La société de portage salarial paie toutes vos charges patronales et salariales en appliquant des frais de gestion de 10 %. Si votre activité se développe, les frais et des taux prélevés par la société de portage suivent également ce mouvement. Le développement de votre activité vous incombe. Pour faire fructifier le portage salarial le plus longtemps possible, vous devez faire le maximum. Entre l’employeur et le salarié, il n’existe aucune subordination.

Pour l’auto entrepreneur, vous êtes responsable des dettes de votre entreprise. Pour protéger votre patrimoine, vous devrez être plus précis et devrez faire une déclaration d’insaisissabilité à l’AERL. En fonction de l’évolution de votre activité, le seuil du chiffre d’affaires peut constituer un frein à votre développement.