Les aides à la reconversion professionnelle : un levier pour changer de vie

Face à un marché du travail en constante évolution, nombreux sont ceux qui souhaitent se reconvertir professionnellement. Pour les accompagner dans cette démarche, de nombreuses aides existent. Cet article vous aide à faire le point sur ces dispositifs et à trouver celui qui correspondra le mieux à votre situation.

I. Les dispositifs d’aide à la formation professionnelle

La formation professionnelle est souvent une étape clé dans un processus de reconversion. En effet, elle permet d’acquérir de nouvelles compétences et d’obtenir un diplôme ou une certification reconnue par les employeurs. Plusieurs dispositifs peuvent vous aider à financer votre formation :

  • Le Compte personnel de formation (CPF) : ce dispositif permet à toute personne active, dès l’âge de 16 ans, d’acquérir des droits à la formation tout au long de sa vie professionnelle. Ces droits sont exprimés en euros et peuvent être utilisés pour financer tout ou partie d’une formation éligible.
  • Le Congé individuel de formation (CIF) : ce dispositif permet aux salariés ayant un certain nombre d’années d’expérience professionnelle de bénéficier d’un congé rémunéré pour suivre une formation qualifiante. Le CIF est désormais remplacé par le CPF de transition professionnelle, mais reste applicable pour les formations en cours jusqu’à fin 2020.
  • Le Fonds de gestion du paritarisme (FONGECIF) : ces organismes paritaires financent des actions de formation pour les salariés, notamment dans le cadre d’un projet de reconversion. Ils peuvent prendre en charge tout ou partie des frais de formation, ainsi que la rémunération pendant la durée du congé.

II. Les aides financières à la reconversion

Outre les dispositifs liés à la formation, d’autres aides financières peuvent soutenir votre projet de reconversion :

  • Les aides de Pôle emploi : si vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi et que votre projet est validé par un conseiller, vous pouvez bénéficier d’aides financières pour financer votre formation (Aide individuelle à la formation – AIF) ou pour créer ou reprendre une entreprise (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise – ACCRE).
  • Le Congé pour création d’entreprise : si vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise, vous pouvez demander un congé non rémunéré à votre employeur pour mener à bien votre projet. Pendant cette période, vos droits au chômage sont préservés en cas d’échec de votre entreprise.
  • Les aides régionales et locales : certaines collectivités territoriales proposent des aides spécifiques pour soutenir les projets de reconversion professionnelle sur leur territoire. Renseignez-vous auprès de votre région, département ou commune.
A lire aussi  Comment devenir procureur ?

III. Les accompagnements spécifiques

Pour faciliter votre reconversion, il est également possible de bénéficier d’un accompagnement personnalisé :

  • Le Bilan de compétences : réalisé par un professionnel, il permet d’analyser vos compétences, aptitudes et motivations afin de définir un projet professionnel réaliste et cohérent avec le marché du travail. Il peut être financé par le CPF ou les FONGECIF.
  • Le coaching professionnel : certains organismes proposent des prestations d’accompagnement individuel pour vous aider à élaborer votre projet, identifier les formations adaptées et préparer votre transition professionnelle.
  • Les ateliers d’orientation professionnelle : organisés par Pôle emploi, ces ateliers collectifs permettent de travailler sur la définition de son projet professionnel et la recherche de formation.

IV. Les secteurs porteurs pour une reconversion réussie

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est important de choisir un secteur d’activité porteur en termes d’emploi. Voici quelques exemples de domaines où les besoins en recrutement sont importants :

  • Les métiers du numérique : développeurs web, data analyst, spécialistes en cybersécurité… Les compétences dans ce domaine sont très recherchées et offrent de belles perspectives d’évolution professionnelle.
  • Les métiers du soin et de l’accompagnement : auxiliaire de vie, aide-soignant, infirmier… Ces professions sont indispensables face au vieillissement de la population et aux besoins croissants en matière de santé.
  • Les métiers de l’environnement et du développement durable : technicien en énergies renouvelables, conseiller en économie d’énergie, chargé de mission biodiversité… Ces métiers répondent à une prise de conscience écologique et à des enjeux environnementaux forts.

En somme, changer de voie professionnelle est un défi qui peut être relevé avec succès grâce aux nombreuses aides disponibles. Il est important de bien s’informer sur les dispositifs existants et de se faire accompagner pour définir son projet et choisir la formation adaptée. En misant sur un secteur porteur, vous maximisez vos chances de réussite dans votre nouvelle carrière.

A lire aussi  Les différentes formations enfance qu'on peut passer à distance