Bilan de compétence d’un salarié : démarche, organisation, durée et coût

Action de formation inscrite dans le Code du travail, le bilan de compétences permet de faire le point sur sa carrière professionnelle. Il permet de déterminer ses compétences, de cerner ses motivations, de savoir si on est à la bonne place ou non, etc. Il permet de se fixer sur sa situation professionnelle actuelle. Qui peut le faire ? Comment ? Combien de temps dure-t-il ?

Bilan de compétence : définition, objectifs, durée et coût

Etape importante pour sa carrière professionnelle, le bilan de compétence permet d’avoir une vue d’ensemble sur sa situation au travail. Il est défini par l’article L6313-10 du Code du travail. Il s’agit d’une analyse qui va se faire au niveau du parcours professionnel et personnel de celui-ci. Il va tout particulièrement se baser sur un diagnostic de compétences. On peut le présenter comme un outil de réflexion personnelle.

Il vise à aider le salarié à connaître davantage son métier et à le situer par rapport à ses compétences. Il va servir à déterminer le potentiel renfermé dans chaque employé et définir ses aptitudes. Dans ce cas, il pourra entre autres :

  • Apprendre à mieux se connaître,
  • Faire comprendre pourquoi vous vous êtes lancé dans cette démarche,
  • Éclairer davantage les points relatifs à vos besoins et à vos envies,
  • Vous orienter dans votre réflexion personnelle,
  • Mettre à votre disposition tous les éléments essentiels pour réussir.

En règle générale, un bilan de compétence dure environ 24h au maximum. Ces heures sont à répartir sur plusieurs semaines.

Quant à son coût, il n’existe aucune règle précise qui le détermine. Il oscille tout simplement autour de 1 500 à 3 000 euros. Le coût moyen est d’environ 2 000 euros.

A lire aussi  4 astuces pour décrocher son premier emploi

Qui peut procéder à un bilan de compétences ?

Tous les employés en CDI de moins de 5 ans et avec plus de un an d’ancienneté. Les demandeurs d’emploi ont aussi le droit d’en bénéficier, qu’ils soient en CDD, CDI ou en intérim.

Lorsqu’un salarié est arrivé à une certaine étape de sa carrière, il a besoin de procéder à un bilan de compétence. Il a le droit de demander un bilan de compétences par le biais de son compte personnel de formation ou CPF. Son employeur peut également le solliciter à en faire dans le cadre d’un plan de développement des compétences avant une promotion ou un reclassement.

Si un salarié souhaite réaliser un bilan de compétences durant son heure de travail, il peut le faire avec l’accord de son employeur. Il n’aura pas à perdre sa rémunération. Mais, lorsqu’il veut le faire en dehors de ses heures de travail, il n’a pas à aviser celui-ci.

Les démarches à entreprendre pour réaliser un bilan de compétences

Un bilan de compétence se déroule en 3 étapes différentes : la phase préliminaire, la phase d’investigation et la conclusion. La première étape consiste à déceler et à déterminer les grandes lignes de votre bilan personnel. Quels sont vos besoins et vos attentes en termes de carrière ? Elle va se dérouler comme étant un entretien individuel où il sera question de s’échanger les informations de base.

Cette seconde étape va entrer dans les détails du parcours professionnel de l’employé en question. On lui posera diverses questions dans le but de savoir son choix de carrière. Il se peut que le chargé du bilan impose une série de tests, fait une interview, présente un questionnaire, etc.

Une fois ces deux phases réalisées, le salarié peut enfin connaître les résultats de son bilan de compétences. Durant cette troisième étape, il pourra discuter des éléments à déployer pour donner forme à ses projets. Ces détails vont permettre de le guider dans ses actions. Le plus important est de se rappeler que cet outil permet de répondre à toutes les interrogations autour de son métier et de ses compétences professionnelles.